AdobeStock_206335410.jpeg

Accompagner le pouvoir d’agir des personnes exilées : conditions d’émergence d’une professionnalisation collective et émancipatrice

Description

Type d'intervention

La Recherche-Action par les libertés théoriques et méthodologiques qu’elle autorise s’avère pertinente pour accompagner les changements par la co-construction de solutions concrètes visant également à l’élaboration collective de savoirs transposables dans d’autres contextes institutionnels. C’est pourquoi, la présente proposition d’intervention peut être modifiée dans l’échange avec les participants de la recherche avant ou pendant l’intervention.
Sera encouragée, qu’elle que soit la forme de cette intervention, une approche démocratique et participative qui visera à créer un espace de dialogues, voire de controverses, pour cheminer ensemble vers de potentiels changements. Différents travaux ont montré que l’ouverture d’espaces de conflictualité promptes à faire dialogue les contraires, quand ils s’accompagnent d’un cadre bienveillant et dénué de jugements, pouvaient permettre d’amorcer la coconstruction de solutions concrètes aux difficultés rencontrées.
La présentation des visées de cette formation a montré que les préoccupations actuelles se situaient dans la tension entre la préservation d’une éthique d’intervention et les réalités du champ de l’action sociale dans un contexte de restrictions particulièrement contraignant. L’accompagnement des personnes exilées (demandeurs d’asile, BPI, réinstallés ou déboutés), entre protection et répression, entre proximité et distance, est révélateur de bon nombre de tensions qui viennent remettre en question les pratiques et les fonctionnements institutionnels.
Nous proposons de focaliser notre attention sur l’accompagnement de l’ensemble des publics en situation d’exil accueillis au sein de l’institution et sur les pratiques professionnelles afférentes. Les fonctionnements institutionnels pourront être questionnés mais, toujours, avec une focale sur leurs implications dans la pratique professionnelle des intervenants sociaux. Une première intuition nous conduit à faire l’hypothèse que le développement du pouvoir d’agir des personnes ayant vécu l’exil, par la mise en œuvre d’un accompagnement émancipateur, peut permettre de réduire les tensions inhérentes à la complexification du contexte d’intervention.
Nous pourrions ainsi nous questionner, tout au long de ce travail, sur les modalités d’intervention qui pourraient permettre aux personnes accompagnées de se préparer à la sortie de l’institution d’accueil, sans violences institutionnelles, mais par le développement de leurs capacités à prendre en main leur existence.

Domaine d'enseignement

Contenu adaptable aux besoins des établissements ?

Social

Volume horaire

Entre 20 et 30h

Volume horaire adaptable aux besoins des établissements ?

Voir qui propose cette intervention